Démodécie canine

  1. Qu’est-ce que la démodécie canine ?
  2. La démodécie sèche
    • Formes localisées
    • Formes généralisées
    • Le traitement
  3. La démodécie suppurée (ou pyodémodécie)
    • Le traitement

1. Qu’est-ce que la démodécie canine ?

La démodécie canine est une dermatose parasitaire, essentiellement due à la prolifération et à la colonisation massive des follicules pileux et des glandes sébacées par un acarien commensal spécifique de la peau: Demodex Canis.

Toutefois, bien qu’elle soit causée par le parasite Demodex, il faut préciser que ce n’est pas le même type de Demodex qui touche les chiens, les chats ou les humains.

Normalement, l’organisme contrôle le nombre de ces parasites qui sont présents dans la peau de tous les Mammifères y compris des hommes (ils « nettoient » les follicules pileux). Lorsque l’organisme ne parvient pas à les contrôler, les parasites se multiplient et c’est leur nombre qui crée une inflammation entraînant une chute du poil voire des surinfections bactériennes parfois graves.

La contamination parasitaire s’effectue généralement très tôt, pendant la période d’allaitement. En effet, il a été montré que les chiots ne sont jamais infectés à la naissance; mais qu’après les 24 premières heures de la vie, il est déjà possible de trouver des parasites dans les follicules pileux du museaux, sans que cette présence n’entraîne de symptômes.

En raison d’un système immunitaire affaibli, les chiens âgés peuvent également être touchés.

Par la suite, les porteurs sains de Demodex sont particulièrement fréquents (85%), et seule une faible partie des animaux infectés développe une  » démodécie-maladie », dont l’expression peut être très variable, de bénigne à dramatique.

Il a été démontré que la présence du parasite ne suffit pas à provoquer la maladie et que celle-ci est liée à une perturbation immunitaire complexe: héréditaire, acquise ou mixte; transitoire, chronique ou définitive.

Cette maladie affecte globalement les lymphocytes T, mais avec des modalités variables suivant les formes cliniques.

Dans les élevages très infectés, le simple fait d’écarter de la reproduction les chiennes qui donnent régulièrement naissance à des portées « démodéciques » suffit à réduire le taux des cas cliniques de 80% à des pourcentages très faibles.

Enfin, l’humidité de la peau et des mauvaises conditions d’élevage peuvent favoriser le développement de cette maladie.

On distingue de grands groupes cliniques: La démodécie sèche et la démodécie suppurée (ou pyodémodécie).

2. La démodécie sèche:

Extrêmement polymorphe, la démodécie sèche peut se présenter de manière localisée ou généralisée.

Formes localisées:
  • Démodécie nummulaire localisée:

Fréquente, classique et très généralement bénigne, la forme localisée nummulaire affecte principalement les jeunes chiens, entre 3 et 12 mois, plus particulièrement des races à poils raz.

Elle se manifeste par des plaques alopéciques nummulaires, situées principalement sur la face (« lunette » démodécique) ou sur les membres.

Le pronostic est favorable puisque la moitié des cas guérit spontanément.

  • Pododémodécie:

Bien que localisé aux seules extrémités podales, la pododémodécie affecte généralement plusieurs membres.

Certaines races peuvent être prédisposées, comme le Dobermann, le West-Highland White Terrier, le Scottish terrier et le Teckels.

Elle doit faire l’objet de soins attentifs; d’une part en raison de ses répercussions fonctionnelles, souvent majeures; d’autre part, en raison de se chronicité, largement entretenue par l’humidité et la difficulté d’accès aux lésions.

Formes généralisées:
  • Démodécie diffuse:

Elle se traduit par des dépilations irrégulières, plus ou moins ovulaires ou diffuses.

Initialement sèche, la peau devient progressivement onctueuse au touché et dégage une odeur rance caractéristique.

Le prurit est le plus souvent absent ou modéré, mais il existe des cas de démodécie diffuse très prurigineuse.

La maladie évolue principalement chez les jeunes chiens jusqu’à 2 ans. Mais elle peut aussi apparaître beaucoup plus tardivement; dans ce cas, il faut rechercher une maladie sous-jacente ou la conséquence d’un traitement entraînant une immunodéficience.

  • Forme pustuleuse:

La démodécie peut se traduire par l’apparition de pustules, en l’absence même de prolifération bactérienne majeure.

Un raclage doit être pratiqué sur tous les chiens atteints de folliculite plutôt que d’instaurer systématiquement un traitement antibiotique.

Le traitement:

Le traitement comprend deux volets qui se complètent très utiliement:

  • Le traitement hygiénique vise à limiter la réaction séborrhéique: un shampoing à base de peroxyde de benzoyle, bactéricide et antiséborrhéique, permet de préparer la peau, en éliminant les différents débris cutanés et en débouchant les ostioles folliculaires.
  • Le traitement médical vise à détruire les Demodex ou à limiter leur reproduction.

3. La démodécie suppurée (ou pyodémodécie)

C’est la complication toujours redoutée et grave de la démodécie sèche.

L’infection parasitaire primitive s’accompagne et s’aggrave d’une infection bactérienne.

L’envahissement des follicules pileux par le processus suppuré entraîne une destruction des structures dermiques et hypodermiques: c’est l’image d’une pyodermite profonde avec cellulite.

Le traitement:

La pyodémodécie peut se montrer difficile à guérir si le terrain est particulièrement défavorables, les réactions immunitaires du chien atteint se trouvant diminuées, naturellement ou à la suite de thérapeutiques immunodépressive.

Avant tout traitement, il est important de prendre en compte l’état général du chien. Ainsi, en particulier chez les chiens adultes ou âgés, il faudra, autant que possible, de traiter la maladie sous-jacente.

  • Traitement local: Les applications d’Amitraz peuvent donner de très bon résultats. Aussi, il conviendra de tondre les chiens à poils longs et de les débarrasser de leurs croûtes en ayant recours, si besoin, à une sédation de l’animal.
  • Traitement général: L’antibiothérapie, indispensable, privilégiera les molécules bactéricides, en raison de l’immunodéficience du chien malade.

https://marketing.net.zooplus.fr/ts/i3971185/tsc?typ=r&amc=con.zooplus.494362.487364.141006&tst=!!TIMESTAMP!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s