L’insuffisance rénale chez le chat et le chien

  1. L’insuffisance rénale aiguë
    • Les symptômes
    • Diagnostic
    • Les causes
    • Le traitement
  2. L’insuffisance rénale chronique
    • Les symptômes
    • Diagnostic
    • Les causes
    • Le traitement

On parle d’insuffisance rénale chez le chien ou le chat lorsque le rein ne fonctionne plus normalement et ne réalise plus ou pas assez efficacement sa mission de filtration du sang et de formation de l’urine.

Il existe 2 types d’insuffisance rénale:

  • L’insuffisance rénale aiguë (IRA): Elle est caractérisée par la défaillance majeure et brutale des fonctions rénales, en particulier d’excrétion.
  • L’insuffisance rénale chronique(IRC): Elle se définit comme une altération progressive des fonctions excrétrices et endoctrines du rein en relation avec des lésions étendues ( plus de 70% ) et irréversibles du parenchyme rénal (Le parenchyme rénal est constitué de deux zones : le cortex, en périphérie, et la médullaire, au centre. La fonction essentielle de ce tissu, où se trouvent les néphrons (formés chacun d’un glomérule et d’un tube urinifère), est l’élaboration de l’urine).

1. L’insuffisance rénale aiguë :

Il existe trois formes principales d’insuffisance rénale aiguë:

  • L’IRA « pré-rénale » ou fonctionnelle, due à une perturbation hémodynamique (tout ce qui se rapporte à la circulation sanguine) ;
  • L’IRA « rénale » ou organique, due à des lésions étendues et aiguës des deux reins;
  • L’IRA « post-rénale » ou obstructive, en relation avec un obstacle à l’écoulement de l’urine siégeant sur les voies excrétrices.

Les symptômes:

  • Abattement;
  • Oligo-anurie : Oligurie : diminution quantitative des urines. – Anurie : absence d’urine dans la vessie, soit par arrêt de l’ excrétion urinaire des reins, soit par l’existence d’un obstacle sur les voies urinaires (uretères);
  • Anorexie: Diminution ou perte totale d’appétit;
  • Insuffisance cardiaque décompensée;
  • Troubles urinaires : douleur, arrêt de l’émission d’urine;
  • Hypovolémie: Diarrhées, vomissements, hémorragies, brûlures;
  • Déshydratation;
  • Obstruction mécanique extrinsèque ou intrinsèque sur les voies excrétrices: Tumeurs, lithiase;
  • Mauvaise haleine (odeur d’urée);
  • Hypothermie;
  • Dans le sang: Augmentation du taux d’urée et de créatine généralement très importante.

Diagnostic:

L’examen clinique doit viser à éliminer les causes pré-rénales ( anémie, insuffisance cardiaque, état de choc cardiovasculaire) et post-rénales ( sondage, palpations abdominales et trans-rectale, examens radiographiques et échographiques), avant d’envisager une origine parenchymateuse ( Dans le domaine de la biologie animale et de l’anatomie animale, le parenchyme est pour un organe la somme des tissus constituant les parties fonctionnelles (et souvent vitales), c’est-à-dire assurant la fonction propre de cet organe (et non les cellules ou structures dites de soutien, de remplissage ou d’alimentation de cet organe bien que ces dernières aient aussi souvent des rôles fonctionnels secondaires)).

Les causes:

  • Mauvaise circulation du sang au niveau du rein (hémorragie importante, déshydratation sévère, certaines insuffisances cardiaques);
  • Maladies rénales familiales ou congénitales;
  • Génétique;
  • Calculs rénaux;
  • Atteinte majeure du rein, qui le rend incapable de remplir sa fonction de filtration/élimination (certaines infections rénales, générales – comme leptospirose, leishmaniose, piroplasmose – ou intoxications par ingestion de toxiques – comme l’antigel);
  • Mauvais fonctionnement du rein suite à une rétention de l’urine, comme en cas de calculs dans la vessie ou l’urètre;
  • Troubles électrolytiques;
  • Hydronéphrose: l’hydronéphrose est une affection dans laquelle le volume du bassinet du rein (sorte de réservoir en forme d’entonnoir qui collecte l’urine) augmente anormalement;
  • urolithiase: l’urolithiase est une maladie caractérisée par la formation d’un « caillou » ou « calcul » dans un conduit de l’organisme;

Le traitement:

L’animal sera mis sous perfusions afin d’aider son métabolisme à éliminer correctement les toxines amassées dans le sang. L’application de diurétiques spécifiques s’avère nécessaire dans certains cas. Outre les médicaments contre les vomissements ou les diarrhées, il faut également proposer à l’animal un supplément nutritionnel, peu enrichi en phosphore et en protéines.

Résumons donc les besoins d’un animal souffrant de maladies rénales :
– Des protéines de bonnes qualités
– Un apport en phosphore modéré
– Du calcium
– De bonnes matières grasses et acides gras essentiels contre la perte de poids et d’énergie
– De l’eau fraîche et minérale pour éviter les éventuelles toxines.

2. L’insuffisance rénale chronique:

L’insuffisance rénale chronique ( IRC ) est caractérisée au plan biologique par l’augmentation permanente de l’urée et de la créatinine sanguine et par une baisse de la densité urinaire.

L’IRC est très largement causée par la dégradation des vaisseaux sanguins dans les reins. Par conséquent, toutes les conditions amenant à la dégradation des artères et des veines sont potentiellement des causes d’insuffisance rénale chronique

Les symptômes:

  • Augmentation de la prise de boisson;
  • Signes digestifs: anorexie, vomissements, diarrhée, ulcération des muqueuses, stomatite, perte de poids;
  • Polyurie osmotique : La polyurie est un terme médical qui désigne une augmentation du volume urinaire;
  • Augmentation de l’émission d’urine (mais cela peut aussi être observé en cas de diabète ou d’une autre affection);
  • Hémolyse: L’hémolyse est la libération dans le plasma de l’hémoglobine contenue dans les globules rouges par suite d’une rupture de la paroi de ces globules;
  • Détérioration du poil;
  • Diminution de l’appétit;
  • Fatigue, manque d’entrain;
  • Anomalie plaquettaires: troubles de l’hémostase primaire ( hémorragies );
  • Troubles neurologiques;
  • Immunodéficience;
  • Acidose: L’acidose est un trouble de l’équilibre acido-basique, désignant un état pathologique dû à une baisse du pH du sang, qui devient inférieur à la normale ;
  • Ostéodystrophie: Le terme d’ostéodystrophie désigne une croissance anormale dystrophique de l’os. Elle conduit à une déformation osseuse. Un type fréquent d’ostéodystrophie est l’ostéodystrophie rénale;
  • Urine mousseuse, avec du sang, ou de couleur brune;
  • Calcification rénale et altération de la fonction rénale;

Diagnostic:

L’examen clinique se compose:

  • D’une échographie des reins,
  • D’une biopsie écho-guidée pour préciser la nature des lésions,
  • De la mesure de la pression artérielle pour rechercher les signes d’une hypertension.

Les causes:

  • Essentiellement sur des chiens âgés, parfois plus rarement sur de jeunes chiens qui souffrent d’affections congénitales des reins.
  • Due la plupart du temps à une infection rénale ou à des infections urinaires récurrentes, à des tumeurs, à des lésions du tissu rénal causées par le diabète par exemple, ou encore à une dégénérescence liée à l’âge.
  • S’installe insidieusement et progressivement (les signes n’apparaissent que lorsque plus de 70 % du tissu rénal est atteint, et ne peut donc plus compenser)

Le traitement:

Les principales causes d’insuffisance rénale chronique (IRC) sont l’hyperglycémie, l’hypertension artérielle, et, dans une moindre mesure, l’inflammation rénale chronique.

Afin de protéger les chiens et les chats de l’insuffisance rénale chronique (IRC), il faut donc se pencher sur les causes de l’hyperglycémie, l’hypertension artérielle, et de l’inflammation rénale chronique.

L’association IRIS recommande l’utilisation d’une alimentation « rénale » pour les insuffisances rénales chroniques (IRC) au moment où les signes cliniques d’urémie apparaissent (niveau 3 et supérieurs).

Pour prévenir les risques d’insuffisance rénale chronique (IRC), il faut par conséquent faire en sorte que l’alimentation impacte le moins possible la glycémie. Cela passe par un faible taux de glucides mais aussi par l’élimination des sources de glucides à fort index glycémique.

  • L’apport protéique devra être limité, ce qui abaissera la production d’urée.
  • L’apport calorique devra être respecté. Chez le chien et le chat, les besoins caloriques de l’animal insuffisant rénal chronique est estimé à 70 kcal / kg / j. Chez les chats, l’apport calorique sera fait principalement sous forme de lipides beaucoup plus appétents (possibilité d’utiliser les régimes diététiques du commerce).
  • L’apport de vitamines B et surtout D doit être respecté.

Si votre chien ou votre chat est atteint d’insuffisance rénale chronique (IRC), il n’est pas nécessaire de changer son alimentation pour une alimentation « rénale » s’il ne présente aucun signe clinique d’urémie (intoxication due à une accumulation d’urée dans le sang) avéré. Si votre chien ou votre chat présente malheureusement des signes cliniques d’urémie, alors une alimentation « rénale » peut mieux gérer les symptômes d’urémie.

https://marketing.net.zooplus.fr/ts/i3971185/tsc?typ=r&amc=con.zooplus.494362.487364.141006&tst=!!TIMESTAMP!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s